• les morts ne portent pas plainte

  • recherche documents

    ayant tout perdu suite au tsunami de la justice je recherche toutes documentations et photos pouvant illustrer ton site
  • écris-moi

    tu peux me joindre à gerard.menoud@dbmail.com
  • mes excuses

    ton blog est en construction . excuses les pages en chantier. et surtout les corrections d'orthographe en cours . pardon pour les fotes
  • polémiques !

    toutes réactions mêmes négatives sont les bienvenues. évidemment je ne détiens pas la vérité, mais je suis sincère , tu n'es pas obligé d'être d'accord avec toutes mes idées.
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • colmax

3 souvenirs d’enfance

apu4rcc4ptij0qyyccddkyaf96fh.gif


 Le plus important n’est pas toujours ce que l’on nous dit

ou ce que l’on nous montre, mais ce que l’on nous cache.

H.C.

SOUVENIRS D’ ENFANCE

Je me nomme Gérard Menoud…. Je suis né le 1er novembre 1944 en prison, à Agen!… Ma mère est incarcérée, pour les copinages Pétainistes du papy kollabo. Les deux premiers mois d’éclosion, je tète le sein nourricier, entre quatre murs glauques, ni roses ni bleus. Je m’accroche aux tétons, comme à l’ultime bouée. Apprentissage avant coureur de la plongée en apnée? Pour en remettre une couche, pour ajouter aux difficultés, des fois qu’il y aurait des doutes sur ce démarrage foireux, mon père intendant de prison à Villeneuve sur Lot m’abandonne… ou plutôt refuse de me connaître.

Rien ne s’améliore avec le temps… Rater la ligne de départ ne permet pas de gagner un championnat. Pas question de m’apitoyer sur mon existence de loser, tout le monde s’en contrefout, chacun ses handicaps. Il y a toujours pire. Je sais. Je ne suis pas la COSETTE de Victor HUGO.

Soyons lucides. La société en surface est de plus en plus organisée, surveillée et mieux gérée pour nous protéger, même contre notre gré. Paradoxalement cette culture nombriliste permet de s’ immoler ou de se faire hara-kiri, en pleine place publique, dans l’indifférence générale. Petit progrès avec la guillotine, nous nous abstenons d’applaudir. A part quelques illuminés qui s’émeuvent de la mise à mort d’un bovin mâle dans les corridas, de voir au journal télévisé des enfants décharnés, ne nous empêche pas de donner de francs coups de couteau dans notre steak bien saignant. Le sang des autres.

C’est cette indifférence au malheur, qui me permet de faire mon numéro de cirque sous vos yeux, sans filet, au risque d’y laisser ma peau. Le peu qu’il en reste. Au nez et à la barbe de la bienséance, en kamikaze je me décarapace devant vous sans limite. Ultime liberté sans garde fou. Ultime résistance à l’infantilisation. Comme toujours en excessif, dans ma folie de l‘ outrance, je cherche à aller plus loin, toujours trop loin. Innover dans la dérision. M’enivrer de mes abus, de ma démesure. Comme toujours j’en assumerai les conséquences suicidaires. Le décès d’un comédien n’empêche pas le spectacle de continuer.

Quitte à paraître désuet. Puisque la mise à mort d’un pornocrate, aussi mal considéré qu’un proxénète est vivement souhaitée dans l’inconscient collectif. Même la SPA ne peut rien pour un chien galeux. Pour mieux me connaître et comprendre mes routes et déroutes, mes coups de gueule et mon phrasé maladroit, il faut remonter ou redescendre à l’enfance. Comme chacun le sait, dès les premiers jours, l’instinct de survie se construit, en conjuguant l’ inné et l’acquis… Enfant battu et violé, infirme je suis, déboussolé je demeure à vie.

Dans mon inconscient du plus loin que je me souvienne, je suis, un rebelle pour la « liberté d’être » Contre la peine de mort, pour l’avortement, pour l’euthanasie, pour la tolérance et le respect des différences, contre le bizutage, contre le racisme et l’homophobie, contre les frontières et toute discrimination. Et contre la censure.

Contre toutes ces tares évitables qui font chier gratuitement. C’est profondément inné! Rien d’original aujourd’hui, mais totalement à contre courant dans les années 60. Utopiste déjanté, j’ai l’illusion d’aider mes semblables en revendiquant ma marginalité. Conscient qu’en étant solidaire d’un clan, même minoritaire, je me protége moi-même des agressions de la meute des intolérants. Seul on est Don Quichotte. A plusieurs on a le sentiment d’exister! Anciens enfants fracassés créons un club! Celui des hypersensibles hyper paumés! Revendiquons notre statut d’handicapé. Section grandes gueules. Si Yann Moix se présente comme président, je vote pour lui. Lui qui a testé le martinet de la mère, et les coups de rallonge électrique du père.

Pour l’acquis, seule l’expérience permet de le construire. Là j’ai eu l’impression de nager à contre courant pour remonter un fleuve boueux de plus en plus rapide, avec des muscles atrophiés. Sans qu’un père bienveillant m’aide à mieux nager. Isolé. Avec des rapaces sur les arbres de la rive et des crocodiles sur les berges.

J’ai toujours l’impression de raisonner à l’envers! De ne jamais être ou il faut, quand il faut. Sur la mauvaise route, après la bonne saison. Contrairement aux futés du double langage, qui ont les mots pour séduire et passer la brosse à reluire, je collectionne les gaffes verbales. Mon cerveau atrophié ne m’autorise pas à tricher. Ce qui me vient à l’esprit est brut de décoffrage. Je ne sais pas maquiller mes pensées. Je n’ai pas le vice de travestir mon monde. Je veux qu’il m’amuse tel qu‘il est. Je veux en rire sans le dénaturer. Je veux retourner en enfance. Ou y rester? C’est ou l’enfance? Comment savoir quand on pas eu d’enfance? Le théâtre de la vie je veux le décoder, le dénuder pour bien en saisir la mise en scène. Pour toucher le fond, même si ça dérange. Même si la réalité est laide. Après cet exercice d’introspection, par l’écriture, je me sentirai mieux. Soulagé? Allégé?

Je préfère éviter la fausse compagnie que de blablater dans le vide avec des personnages ridicules qui se la joue. Les sous-entendus et non-dits me gonflent. D’utiliser un décodeur pour gober des banalités me fatigue. La vérité est tellement plus drôle. Comique? Comique à pleurer de rire? Fond de commerce Coluchien. La démultiplication des Djamel Debouze est sûrement le signal que ses photocopiés copiés-collées ont trouvé un filon d’or.

Mon éducation jésuite, castratrice, m’a insufflé une haine viscérale du mensonge. Ce qui pose problème pour draguer en refilant des boniments. Ne sachant pas cacher mon calvaire d‘enfantcocubattu, les filles me fuyaient. C’est le syndrome de victime-coupable qui me suivra toujours. Les gens ordinaires n’aiment pas les victimes. C’est suspect, ça fait fautif. C’est pas normal. Ça porte malheur. C’est peut-être contagieux? Superstition ou précaution ? Fuyons!

Encore ce dicton absurde qui dit pas de fumée sans feu.

La vie est injuste ! Comme dit Ardisson.

J’applaudi ceux qui parlent vrais. Le vrais rend beau! Mon attachement au milieu homosexuel s’est construit sur des rencontres spontanées. Humaines. C’est pas une histoire de sexe. C’est le goût du dialogue. J’ai connu le foisonnement d’idées fortes et innovantes dans les années soixante à Saint-Germain-des-Prés. Qu’on appelait Saint-Germain des pédés…. C’est dans ce village anticonformiste que j’ai trouvé mon père spirituel. Freddy, avec qui j’ai vécu deux ans de maturation. Il fallait ramer pour reconstruire, tout ce que ma nonfamille avait détruit. Partir de zéro. Imaginer une vie en s’autorisant de rêver que tout est possible. Que j’avais le droit d’exister. D’être différent. Tellement différent!

Comme Gérard LENORMAN « je suis né à 20 ans »

Depuis, j’ai une vie d’hétéro. C’est plus facile à gérer. Un bravo au passage! à Laurent RUQUIER qui a eu le courage de faire son coming out. Un pied de nez aux cons.

Le 30 novembre 1946 , le papy écrit depuis sa prison  » la centrale de FONTEVRAULT   » à ma grand-mère  . Il donne des conseils débiles à ma mère SIMONE qui est sage-femme à domicile .

Le règlement impose de rédiger le texte qui passeras à la censure , sur un formulaire guère plus grand qu’ un télégramme . Il faut écrire petit et concis pour exprimer le maximum d’informations sur un minimum de papier .   Avant d’avoir dans quelques jours l’autorisation d’envoyer un nouveau message . Aujourd’hui les prisonniers peuvent envoyer autant de courriers qu’il veulent sans limite de longueur .

Ma chérie

Je vois que vous êtes surmenés en ce moment . C’est l’inconvégnant de ce métier d’avoir des poussées et des loisirs . Je crois qu’il est sage de remettre ton voyage à février , alors nous verrons clair à la situation . Je viens de lire un bouquin  » Femmes de Science  » . L’auteur est de mon avis et je l’ai dit du reste autrefois à Simone . Les femmes qui se destinent à la médecine ne doivent pas se marier et encore moins avoir des enfants . Car lorsque l’on a des enfants on ne doit pas les confier à des étrangers . et une femme ne  peut pas convenablement s’occuper de son ménage et de sa profession . J’ai enfin reçu ton illustré 25 jours après son arrivée . Malgré cela vous pouvez m’en envoyer un chaque semaine . Mettez moi l’ILLUSTRATION si elle n’est pas d’un prix excessif . Le pull de Germaine atteindra bien le but puisqu’il couvre le cou ,ce n’est pas la peine de chercher autre chose . Écris lui de ma part pour la remercier . J’ai bien reçu les 3 fromages et 1/2 livre de beurre  . Demandes donc à la cousine si elle peut t’envoyer la même chose à AGEN chaque semaine .Je te félicite pour tes talents d’infirmière . Tu pourras me soigner plus tard si je deviens gâteux . Je ne le souhaite pas . En ce moment je vais bien . Le docteur me fait une piqûre chaque mois. Il n’y as que lorsque j’ ai des inquiétudes à votre sujet que mon coeur bat la breloque . La cousine de NERAC est revenue très optimiste de PARIS . Je suppose que les enfants t’ont communiqués ma lettre du 17 . Elles se plaignent que Simone ne leur écrit jamais . Du reste Suzon ,me l’avait dit quand elle est venue me voir . Je trouve cela surprenant et ne me l’explique pas . Gérard ne peut être confié à n’importe qui et tu ne peux pas l’emmener , donc attendons encore quelques semaines de plus et que tout ailles mieux . Du reste les voyages sont ruineux et il vas falloir beaucoup d’argent si vous déménagez .

Ma chérie je te serre tendrement dans mes bras et je t’embrasse très fort . Bon baiser à MONE et Gérard .      

 Tu voudras bien envoyer 200 francs ce mois ci .   RAYMOND .

L’influence du Papy est absolue . Il explique qu’il ne faut me confier à  » personne  » . Cette obsession du rejet de l’ étranger  est une constante qui seras suivie à la lettre . Je reste seul abandonné des nuits et des jours entiers , sans chauffage . Du coup je suis constamment malade . J’ai des problémes de respiration ; les poumons . A l’époque les bébés sont emmaillotés les jambes collées , enserrées dans un linge . J’ imagine l’état des fesses qui masseraient des journées entières dans ses excréments . Les couches culottes absorbantes n’existaient pas . Le pire c’est que me sentant abandonné dés que j’entendais le moindre bruit je pleurai pour signaler ma présence .

  «   maman je te l’aime  « . C’est ma mère amusée, mais pas touchée du tout qui me rappelle cette expression d’un bébé qui avait intérêt à manifester sa présence, vu qu’il devait sérieusement s’inquieter . Le goût amer de l’indifférence commence au berceau. Elle ne connaitras jamais Françoise DOLTO et l’enfant roi.

  Le Papy taulard remue le couteau dans la plaie en reprochant à ma mère d’avoir un enfant .  » Quand on est infirmière on s’abstient de faire des gosses  « . Même à 30 ans ma darone influençable , sans personnalité , pas démerde se noyant dans un verre d’eau est incapable de raisonner . Comme un robot , sans jugeote elle répéteras sans cesse   » c’est un crime de faire des enfants  » . Grande preuve d’intelligence et de générosité . Avec une mentalité aussi pourrie comment on peux exercer le métier de sage-femme ? Elle accouchait des criminelles ? Elle s’est jamais aperçue qu’ il n’y as rien de plus extraordinaire que de donner la vie à un petit être merveilleux . Je ne connais rien de plus extraordinaire que la naissance de ma fille et de mon fils . C’est comme un miracle !

C’est pas une infirmière = c’est une infirme-mère et surtout pas une Sage Femme  … Si vous décortiquez la lettre du papy en la comparant avec les revendications d’aujourd’hui vous vous rendez compte à quel point notre mode de vie à changé …Bien des revendications sont devenues débiles , par des gens sans discernement qui ne savent que cracher dans la soupe .

  

 Financièrement c’est la cata . Vu la renommée de la famille les «  clientes à accoucher  » évitent ma mère . Des fois que son mal-vivre contamine le bébé à naître …. Elle cumule ! fille de collabo plus fille mère . On ne parles pas à une femme qui fait un bâtard . Aujourd’hui on l’appellerait  » mère célibataire  » avec respect et une pointe d’admiration pour son courage ! Elle est seule pour s’occuper de son enfant ! En réalité elle touche des aides ou souvant se sont les atouts financiers qui priment . Pour ma mère on était proche des jugements islamiques . Elle risquait de se faire lyncher . Elle a échappé de peu de se faire raser le crane sur la place publique .

Il faut donner un nom de famille au fils maudit tombé du ciel et trouver une bonne poire qui assumeras les fins de mois difficiles . Son sale caractère , de chieuse lui fait rater de vrais belles occasions . Dont un chirurgien qui créeras plus tard un laboratoire pharmaceutique … Vielle fille à 27 ans quand elle s’est faites sauter pour la première fois de sa vie .  C’est elle qui affirme qu’elle était en adoration devant  » Jésus  » …et qu’aucun homme ne l’intéressait . C’est normal l’église demande toute son attention à Dieu , en interdisant l’amour terrestre . Aimer un homme passionnément c’est faire de Jésus un cocu . La générosité de la nature fait qu’à 30 ans elle est très belle , ce qui compense l’handicap de m’avoir en prime dans la corbeille de mariage . Elle vas faire le troc de son incapacité à s’assumer , en échange du plus laid et du plus « ours «  des prétendants . Elle fait l’erreur de penser qu’en choisissant le plus nul , elle aura le dessus et en feras son larbin . Quel erreur ! il faut pas sous-estimer les abrutis . Se sont les plus coriaces , les plus entêtés et les moins faciles en négociations . Ils veulent donner l’impression  de  tout maîtriser alors que se sont des trouillards . L’inconnue et l’idée de prendre des risques les terrorisent . Un chien qui a peur risque de vous mordre .

         Quoi qu’il en soit, j’ai 3 ans ½, lorsqu’elle épouse un boulanger de 120 kg , maladroit , bigleux  issu du fin-fond de la cambrousse savoyarde . Inculte , grossier ,violant , malodorant , anticlérical  , anti communiste primaire qui rejette la famille collabo tout en étant persuadé qu’il faut éliminer les juifs . Si la France vas mal c’est à cause des  » youpins  » .  Pauvre tare c’est lui qui vas mal … Elle cesse alors son activité de sage-femme, une once de lucidité ? Elle vas perdre son indépendance ! Va-t-elle se dévouer à son ménage et à son fils ? Non ! Jésus est bien plus important ! c’est lui qui a les clefs du paradis . Au quotidien , il faut assumer les taches ingrates ….c’est trop fatigant , surtout quand dans votre enfance vous avez eu nurse , femme de ménage et tout ce que la fortune du papy apportait de luxe et d’insouciance . Alors que Jésus le bien aimé ne demande que de mettre un foulard sur la tête  pour aller dans son église le supplier  à genou de vous attendre prés de lui . C’est pas pressé mais quand on sera ensemble  au ciel , plus besoin de se fatiguer , à faire la cuisine qui l’emmerde prodigieusement . Au paradis c’est BOCUSE qui fait les menus . Ces gens , rien ne les intéressent . Si ! le fric , pour faire des économies . Pour les emmener en enfer ?

         AGEN , petite ville du sud-ouest , refermée sur elle même n’est pas tendre avec ceux qui trébuchent . Si vous n’êtes pas dans la norme des petits bourgeois coincés , il vaut mieux déménager dans une cité plus vaste ou vous passerez inaperçu . D’où surement l’évolution des grandes villes et le rétraississement des petites  . Quand on était jeune on savait qu’on devrait s’expatrié pour trouver du travail. La politique des  » petits  » maires est de dissuader toute implantation d’envergure au cas ou elles feraient de l’ombre à leur pouvoir honorifique . Avec la complexité de l’évolution des entreprises ce phénoméne vas s’accentuer en transformant les petites aglomérations en citées dortoir pour retraités vieillissants . Le faussé de l’évolution d’esprit entre Paris et la province sinistrée vas s’accentuer . Les petites PME peuvent profiter du chomage endémique . Les Agenais , fiers de respirer l’air pur loin des usines , confondent le fond et la forme . Le fond ne les intéressent pas . C’est trop fatigant de réfléchir . Ca voudrait dire qu’on a une opinion personnelle et c’est trop dangereux . Pour que l’autre ne connaisse pas vos idées , il vaut mieux ne pas en avoir . Aucun risque d’etre dévoilé et critiqué puiqu’on est toujours d’accord avec tout le monde . Penser comme la masse obscure est rassurant  . Le dernier qui à parlé à surement raison .      Par contre la  »  forme  » intérésse les minus  .                 Il faut bien avoir un sujet de conversation pour meubler et  » paraitre  » interessant . Le sujet passionnant ou vous ne risquez rien c’est la météo . C’est super intéréssant de savoir s’il vas pleuvoir alors qu’on est ni cultivateur , ni marin . Comme le taular qui regarde les températures à la télé , alors qu’il n’as aucune chance de prendre l’avion le soir même . Les petits esprits se contentent de petites infos . Le deuxieme sujet c’est de savoir si on connait untel ou untel ? Pour se donner l’impression valorisante qu’on connait tout le monde .  En réalité ils ne connaissent personne ( ils ne savent pas eux même , qui ils sont  ) Pour confirmer sa supériorité sur ce sujet important il faut donner quelques détails anecdotiques caricaturaux qui confirment qu’on connait trés bien la personne . La quasi totalité des descriptions sont fausses et aussi dénuées de sens que les rumeurs . Pour pofiner l’art du faux-cul , style VRP il faut en rajouter une couche . Il faut citer les liens de parenté .   » C’est le fils du cousin d’un oncle éloigné « . Alors là vous jetez du jus et l’assemblée vous admire estomaquée par tant d’érudition . Par contre il est TABOU de parler de politique , de religion , de sexe , d’argent ….De poser des questions est indiscret , c’est un viol, donc toute évolution de la pensée étant interdite il faut revenir à la météo . Jamais un sujet de fond , toujours la forme et sa lisse neutralité . Rester dans le superficiel sans rien dévoiler est l’art de la conversation qui ne gene personne . Approfondir un sujet avec passion , en le faisant évoluer pour mieux comprendre est considére comme de l’exibitionnisme . C’est aussi indécent que de mettre sa bitte sur la table …ou s’essuyer aux rideaux .

Copie conforme des trous du cul qui font gerber Bertold BRECHT dans son théatre dérangeant . Ou Jacques BREL dans  » chez ces gens là  » .  Au secours COLUCHE viens dérider ces pisses froids . Même CELINE serait pas dépaysé .

Si le grand père facho-collabo descends du ciel  il pourrat recruter  . Il retrouveras les mêmes enflures prêts à vendre leur âme . Sans aucun esprit citoyen ces bas-du-cul sont prets à toutes les lachetés . Seules les magouilles pour profiter des largesses de l’état providence les intéressent .

Donc il  faut faire court ! votre interlocuteur a du mal à se concentrer . Dés les premieres minutes il a décroché et pense à autre chose  . Du coup il est paniqué , ne sais plus de quoi on parle et vas vous couper , en vous posant la question qui tue ! complétement hors sujet prouvant qu’il en a rien à cirer de vos efforts à lui faire cadeau , de vos idées profondes et sincéres . En fait il n’y a que son nombril et sa vie de marmotte en hibernation qui l’intéresse . Des gens dénués de civilité qui peuvent disparaitres de suite sans que le monde s’en inquiéte . Vous avez vu le film  » tueur né  » ?  Le cloporte face à la mort supplie  » ne me tuez pas  » .

Le tueur répond au pantin  » à quoi bon ta vie de zombi ? tu es déjà mort « 

Dans un microcosme aussi étriqué impossible de s’en sortir sans être menteur , hypocrite , mytomane et surtout machiavélique car tout se fait par derriere . On est au moyen âge mental ….le monde evolu  mais on s’en tape ….Sur des bases aussi pourries vous trouverez de bons amis pour vous enfoncer , mais pas pour vous aider … Toutes les formes de racismes sont profondément ancrées . On ne  se mélange pas . Ce qui est terrible c’est que rien n’as changé depuis 60 ans ….à part que mon pharmacien est black ! et le marché forain est squatté par les magrhébins …Par reconnaissance au pays d’acceuil et pour prouver qu’ils sont bien intégrés , en bon caméléon ils pratiquent le même langage faux derche . Preuve que la connerie est contagieuse ….. La grande nouveauté c’est de fumer un joint ou de sniffer de la coque ! Le bourgeois naif qui entretien tout le circuit mafieu par ses achats pourris s’imagine s’évader en imitant les artistes et les marginaux . Il sait pas que l’évasion c’est dans la tête avant tout . Prendre des psychotropes en ayant un mode de vie sans liberté c’est s’enfermer encore plus . Se droguer n’as jamais rendu intelligent . Il est moraliste et persuadé d’être honnéte alors qu’en fin de course ses achats de came servent à payer des armes . Aux religieux de toutes sortes qui s’entretuent allégrement .  Comme par hazard des islamistes . En plus il vas critiquer , puisque c’est à la mode , toute politique qui lutte contre ces criminels …

 Heureusement il reste le LIVRE ! Qui seras toujours irremplaçable pour communiquer avec ceux qui ont la générosité d’étaler leurs tripes , pour vous prendre par la main . Et vous entrainer dans leur univers intime . Pour vous forger votre propre opinion . Les gens  comme vous qui lisent beaucoup ont des conversations riches , intéréssantes et surtout sont trés tolérants .

        Avec mes parents je n’ai connu que cette loi du silence… Cette chappe de plomb . Alors qu’on demande aujourd’hui aux enfants d’être capables de s’exprimer le plus tôt possible, on m’obligeait à la fermer ! Interdit de conversation, interdit de confidence, interdit de chercher à comprendre, interdit de poser des questions, bref interdit d’évoluer et de communiquer.  » tu verras plus tard quand tu seras plus grand  » ou  » tu m’énerves avec tes questions  » et de toutes façons il n’y a que les adultes qui ont la parole ;  » les enfants se taisent «    . Un enfant qui parle c’est mal élevé ! Ces criminels vous coupent les ailes et vous reprochent de ne pas savoir voler .  J’ai un immense respect pour les gens qui me parlent . J’ écoute ! Pour moi c’est un cadeau et la preuve qu’ils m’accordent de l’importance . C’est un devoir citoyen de communiquer aux autres ce que vous avez appris .Comme une chaine de solidarité .

Je ne disais pas un mot, ayant perdu le sens de la parole, tant le simple fait d’ouvrir la bouche était dangereux . Muet comme une carpe … Si quelqu’un me posait une question  j’étais tétanisé par la peur et rougissant de honte .   L’idée de démarrer une phrase  en utilisant une sonorité  , me bloquai totalement . Si on acceptai l’idée que j’étai timide , ça me faisait une excuse . Sinon je déclenchai la haine de l’enfant maladroit et débile . L’angoisse de parvenir à terminer ma phrase, rendait celle-ci incompréhensible.  J’admirais ceux qui s’exprimaient bien ,  auxquels on accordait l’écoute ! Chez moi, oser parler c’était prendre le risque de recevoir des coups violents en pleine figure. Comme à table par exemple, il suffisait que je demande à me resservir, ayant encore faim, pour m’attirer les foudres du beaux-père boulanger . Par contre si j’oubliais de manger un morceau de pain à chaque  bouchée de patate , rarement de la viande, c’était pareil !  Je me retrouvai allongé par terre , soufflé de ma chaise comme une poupée de son , tant  le coup était violant et efficace . Il fallait que je degage  vite , en courant une fois debout pour éviter les coups à suivre . Il m’est arrivé d’être coincé dans l’escalier et de n’avoir que la rue comme issue . Mon poursuivant claque la porte derriere moi !  J’essaye de sonner en espérant que la mère m’ouvre . Elle est trop lâche pour réagir . Je passe la nuit dehors …. Dans le meilleur des cas , ayant raté ma négociation il ne me restait plus qu’a m’enfermer dans ma chambre et oublier ma faim . Etant à l’école chez les Jésuites , par la volonté de la mère , il me restait la priére pour  calmer mon incompréhention . Dans ma piaule qui servait de débarras les pots de confitures « maisons «  couverts d’un papier cellophane tenu par un élastic , étaient allignés  sur l’armoire . J’était tellement docile que jamais j’aurai osé mettre un doigt dedans pour calmer ma faim …Pourquoi une telle expression de rejet du père , aussi soudaine qu’imprévisible ? pourquoi une telle provocation alors que j’étais totalement soumis ?  Je ne savai pas qu’il n’était pas mon père . Comment parvenir à se construire lorsqu’on est réprimé de la même façon si on fait une chose et son contraire ? Le monde des adultes m’était hostile et interdit. La mère vénére Jesus et le père lui dit que c’est un escroc … pour m’humilier , en rigolant comme un porc il lui dit  » ton fils est tellement nul que çà feras un bon curé …. »  Ces gens sont des criminels ….

         Mon enfance est  un long silence…pas tranquille .  Un trou noir … Un long parcours jamais ponctué par les anniversaire . Mes parents devaient sans doute vouloir oublier le jour maudit de ma naissance .  Sans Noëls, sans cadeaux … Le jour ou ma mère a remmené un bouquet de fleur pour fêter son anniversaire , le bouquet et reparti par la fenêtre . Le maitre des lieux a décrété qu’il ne fallait faire aucune dépense superflue . La seule vertue de l’argent c’est l’économie . Toujours l’argent ! Les discutions à table c’est  » combien tu as payé les pommes ?  » . Pour prouver son extréme supériorité le daron , avait toujours vu chez un autre commerçant des pommes moins cheres . Pour quelques centimes hypotétiques le ton montait , jusqu’à ce que ma mère incapable de répondre calmement se mette à pleurer , avec des soubressauts de désespoir . Pour moi c’était le signal qu’il fallait s’éloigner de l’orage . Sinon j’allai servir de défouloir et prendre des coups . J’ai su plus tard qu’il lui donnai juste l’argent pour les courses . Pour des petits extras il fallait qu’elle ruse , en trichant sur la monnaie pour se faire une cagnotte . De ce jour je me suis juré de gagner beaucoup d’argent . BEAUCOUP pour ne pas avoir une scéne de ménage pour 10 centimes ….Travailler plus pour gagner plus .

         Je dois naviguer entre un homme violent qui se défoule sur mon cuir de plus en plus tanné .  Mon frère  Gilles , né quand j’ai sept ans , qui a tous les droits, vu qu’il est sorti des couilles du boulanger. Ma mère froide , qui joue les indifferentes . Et plus tard le grand-père un peu trop affectueux , aprés ses 7 ans de centrale . Je vous décrirai le papy prédateur de chair fraiche plus loin ? Avec mes yeux et mon cœur de père d’aujourd’hui, j’ai beau chercher, pas moyen de comprendre comment des soi-disants adultes  peuvent être capables d’agir ainsi ! Quelle honte… Le pire c’est que ma mère ne disait pas un mot . Quand l’ours aux 120 kl se mettait sur moi pour m’écraser parterre elle regardai les yeux dans le vide  . Pire que les coups , de croiser son regard indifférent me pinçait le coeur .  A la longue les coups deviennent suportables et presque agréables …. Syndrome de Stocholm ? Masochisme ? Les coups sonnent le glas . A chaque coup c’est la mort qui se love . Tiens ! je suis pas mort ? Le prochain coup peut-être . Plus la douleur est intense , plus le cerveau scintille de milles étoiles , plus la mort semble proche . Puis la douleur disparait peu à peu pour devenir anesthésiante et agréable . C’est là que je suis prêt à mourir . Mon corps est en lévitation , aérien et mon cerveau est ivre de coups . Je me sens bien , je n’existe plus . Je  suis disposé à mourir pour ne plus souffrir . De toutes façons je n’existe pas …. C’est l’injustice et l’impossibilité de comprendre qui font souffrir . Pas les coups qui  font flirter avec le coma . Mon frère trop faux cul pour me défendre rigolait . Pas futé du tout ,  sans savoir pourquoi il était épargné , il avait tout de même perçu qu’il valait mieux s’appeler Gilles que Gérard . Il avait de l’argent de poche , pas moi . Il pouvait se lever de table , pas moi .  A 30 ans il est encore chez ses parents . Il gardera une telle reconnaissance à sa survie d’être un lache et un léche-cul qu’il passera sa vie à en faire une prioritée .  Me dénigrant auprés de toute la famille , il s’est proposé comme le seul digne d’hériter des chers disparus . Il s’est fait un honneur de se prostituer à tous les repas de famille les plus chiants pour que son nom figure sur les testaments . C’est dire le niveau de discernement de tous ceux qui ont laissés leurs économies à un boutonneux qui a autant de jugeotte qu’une huitre . Ce qui ne l’empéche pas d’avoir une vie de cloporte . Il a hérité d’une fortune et continu à pointer à son hopital comme chauffeur de bus . Quand on cultive l’art de passer inaperçu , on devient invisible , inodore et sans saveur . Je pense que mes parents étaient tarés, que ma mère n’ est pas  normale et que Gilles est dans leur pure lignée .  On y reviendras plus loin . J’ai demandé à ma mère mourante , en maison de retraite  » pourquoi son gros boulanger a essayé de m’éliminer physiquement  » ? Il aurait pu me tuer ?  dans son immense incapacitée à avoir un minimum de conscience elle m’as répondu  « S’il a  fait ça c’est parce qu’il ètait jaloux ! »   Jaloux de quoi ! Je n’ètai  rien , je n’avai rien . Sa réponse est vraiment celle d’un cerveau dérangé . Sans culpabilisation ou effort d’ analyse , ayant une once d’humanité . Il faut respecter les vieux à juste titre pour leur faiblesse ….De là à les vénerer il y a des précautions à prendre car beaucoup sont les épaves de belles ordures .

         Mon beau père sentait le fauve et la transpiration .  Quand il s’asseyai sur moi pour m’immobiliser en me tordant les oreilles , qui à force etaient cloquées …. ce qui me dérangeait le plus c’est son odeur de crasse . On est dans le crétinisme profond d’adultes donneurs de leçons couverts de ridicules . La France profonde . On a pas de douche , se laver est un luxe  .  Le manque d’ hygiène et les vêtements sales  sont aussi une façon de démontrer à quel point ces gens sont associaux . Ils n’ont pas d’amis , ne fréquentent personne . Je n’ai jamais eu une paire de chaussure , sauf le jour de la  » confirmation  » pour faire plaisir à Jesus ! Qui a dit que la religion ne servait à rien ? J’avais uniquement des sandales en cordes. Ete comme hiver . A 12 ans j’hérite des chaussures de ma mère . Des chaussures fabriquées pendant la guerre  avec une semelle en bois. Leur bruit de sabot accentue ma gaucherie, au point que mes camarades ont honte de marcher à côté de moi. Difficile dans ces conditions de se faire des potes ! Handicapé par mes difficultés à m’exprimer , mes godasses bruyantes et mon tablier gris sale ne risquaient pas de m’attirer beaucoup de sympathie .  Pour draguer les filles il vaut mieux oublier ….Sauf au fond de mon impasse au milieu des cartons et des caisses , transformées en cabane pour jouer au docteur . On en parleras plus loin avec les histoires de cul pour se faire plaisir et rigoler un peu plus que maintenant …  A ce niveau de clochardisation il est impossible de penser à l’avenir  . Je me suis vu refuser l’entrée de magasin , pour ma sale présentation . Les banlieusards rapeurs qui revendiquent l’assenceur social manquent vraiment d’imagination . Il faudrait qu’ils connaissent un peu mieux l’évolution de la France . Ils sont pas les seuls à galérer ! et  ils ont souvent des fringues qui sont super-luxe , en comparaison  de la misére  d’une époque et des 3/4 de la planéte . C’est pas l’origine qui compte , c’est le mental . L’intelligence et le courage ça se cultive . Avec des idées et des couilles on s’en sort toujours . En travaillant ! En voyageant pour comprendre le monde et trouver l’endroit ou l’on se sent bien . C’est pas en restant les mains dans les poches , en faisant le tour de son quartier pourri qu’on évolue . Le monde appartient à ceux qui veulent se servir …honnétement . Les idées et les couilles sont pas en vente à l’épicerie du coin …Cinq cent mille offres d’emploi ne sont pas réclamées . Cherchez l’erreur . Ou est l’instinct de survie ? Le sens de l’honneur ? C’est mieux le RMI que de commencer à travailler ?

         Pour remplacer une paire de sandale à la vie finissante  ,  les doigts de pieds passants à travers la toile , ma mère a trouvé en solde des sandalettes rouges de fille.  En cuir léger comme des ballerines .  Avec un morceau de couverture  elle m’as confectionné , une veste de couleur verte bariolée.  Dans l’idée de l’occuper  son mari boulanger lui avait acheté une machine à coudre .  Il était décu de sa rentabilité , car elle ne s’est pratiquement jamais mise à l’ouvrage .  Il vallait mieux car vu l’abscence de gout de ces gens médiocres elle n’as sorti que des horreurs .  Ces gens n’ont aucune idée de ce qu’est l’affection , pas plus que le sens du ridicule .  Apres l’essayage  je redoute d’aller à l’école le lendemain . On vas se moquer de moi ! si on m’avait dit qu’un jour je regretterai mes godillots et mon tablier gris souri  ! Impossible de refuser un vêtement tellement laid  ! Se serait suicidaire  !  De toutes façons je n’ai rien d’autre à mettre . Je n’ai qu’un pantanlon ….Va falloir assumer sa connerie ! Le lendemain, j’assiste impuissant à la naissance d’un clown… J’essuie les moqueries de mes camarades en me glissant dans la peau d’un nouveau personnage. « Vas-y Gérard fais nous rire ! » 

         Le môme introverti et autiste devient un pitre ! Je découvre enfin une façon d’exister ! Je ne suis plus celui qu’on évite, mais celui qu’ on vas chercher . Même si on se moque de moi, au moins on me voit ……à moi de gerer sur la longueur .  C’est super jouissif d’avoir un public . C’est de là que j’ai du devenir mégalo . Pour être cohérant avec ma marginalité, je deviens perturbateur en classe. J’attire la foudre des professeurs, qui n’acceptent aucune indiscipline . A cette époque il n’y a pas de psychologues scolaires . La réponse c’est le châtiment corporel , coups de règles en métal sur le bout des doigts  ou  coup de laniére en cuir des pères Jésuites . Pour serrer leur soutanne , une longue ceinture de cuir noir , descendait juqu’aux pieds . Fétichisme décoratif ou outil pédagogique ?… le pire c’était de tenir à genoux sur une règle carrée , les deux bras écartés avec un dictionnaire à chaque main , à coté du prof qui regarde sa montre . Il  fallait pas lâcher sinon le temps du sévisse repartait de zéro. Ça ne m’empêche pas de me mettre en avant dans les coups foireux, d’être celui qui prend la responsabilité des conneries, donc des punitions. Apprentissage du souffre douleur ? Plutôt brevet professionnel ! Quand on vit avec des handicaps il faut savoir prendre des risques, ce que je ferai toute ma vie. 

         Aujourd’hui, un enfant si petit qu’il soit, sait se servir d’une télécommande, d’un jeu vidéo, d’un téléphone portable. Plus vite il sait, mieux c’est ! Je revois mon grand-père se moquer de moi sur le quai de la gare, parce que je ne sais pas lire l’heure sur la grosse horloge en fonte  ! Personne ne s’est soucié de m’acheter une montre et encore moins de m’apprendre l’heure ou de me m’inculquer la notion du temps qui s’écoule . Ma famille pratiquait la négation de la communication mais en plus, je vivais dans l’absence totale de pédagogie. Par contre, faute de conversation et d’explication, leur moyen de communication favori c’est l’ insulte . Et les coups, largement distribués . C’est sans doute de là que vient ma résistance et mon gout aux bagarres de rues . Je suis  insensibilisé à la douleur des coups . Souvent je me suis demandé si les coups sur la tête m’avaient pas détraqué le cerveau ? L’être humain est super résistant ? Si la violence fait partie de nos genes , j’ai honte aujourd’hui d’avoir pris autant de plaisir à taper sur des mecs . Même si c’est un bon défouloir . J’ai eu la chance qu’il n’y ai jamais eu de concéquences graves . Mais vraiment , il vaut mieux trouver d’autres moyens d’expréssion .

Je n’ai peur de rien .  Au contraire le danger me fascine . La facilité ne m’interesse pas . MERCI à mes bourreaux  !  Non ! je rigole , ils vont croire que je leur dois de la reconnaissance alors qu’ ils  devraient être en taule . Se sont  des assassins . Que penser des voisins et du reste de la famille qui savaient que ce n’était pas mon père et que j’étais trop maltraité pour suivre normalement des études ?  Encore aujourd’hui peu de gens assimilent que  » non assistance à personne en danger « est un délit . Pas un seul de ces coupables de complicité n’as eu le courage de me parler , de m’expliquer que ce n’était pas mon père , ou au minimum prévenir une assistante sociale .C’est çà la belle société des cloportes . Aprés on vous raconte que des Français généreux envoient des millions en dons pour des bonnes oeuvres ? ou sont ces gens ? Ils se donnent bonne conscience ? Je ne vois que des égoistes qui ne pensent qu’à leur gueule .

 C’est vrai que du coup je manque de diplomatie et de dialogue apaisé , on ne peut pas tout avoir !  Comme disent les benets qui se prennent pour LACAN  «  tu es un écorché vif «  

  A ce régime je devrai être un tueur ! 

        Le boulanger aux mains d’étrangleur me traitait à longueur d’année de « fumier », son insulte préférée, à tel point que la nuit, je rêvais de tas de fumier au milieu des champs, une représentation de moi sur cette terre… 

 Une phrase d’adulte mal interprétée par un enfant risque d’être dévastratrice . Dans l’armoire bretonne de mon ex-infirmière de mère, il restait des boites en fer blanc contenant des aiguilles et des seringues. Un jour, je me surpasse, usant de toute ma témérité, pour lui demander à quoi elles servent . Depuis des mois j’osais pas demander . Sans même réfléchir à l’impact de sa phrase, elle me répond « C’est pour transformer les garçons en petites filles ! ». Réponse ironique, méchante , aussi inutile qu’irresponsable.  Qui prouve l’extréme intelligence de ma mère . Si bien que dans mes plus grands moments de tristesse et de mal-être, je voyais en ces piqûre la solution idéale . Si je sollicitais qu’on me pique , peut-être qu’on serait plus gentil avec moi au féminin . Qui oserait frapper une fillette et la traiter de pourriture ? La bêtise criminelle de ma mère m’a handicapé à vie ! C’est sûrement à cause de parents aussi castrateurs que des garçons sont allés jusqu’à détester leur sexe et payer très cher, en prenant d’énormes risques pour se faire opérer. Ces adultes avares de paroles ne maîtrisent pas la portée de leurs phrases assassines…Leur cerveau malade mélange tout : l’humour : la dérision : l’affection : la pedagogie : l’education : la religion pour en faire une mélasse gluante bourrée de complexes , de presjugés , d’interdits et de tabou qui en font du cianure . Poison mortel .

Plusieurs fois on m’a manipulé en me faisant croire que je n’allai plus à l’ècole . Je suis confié à des paysans , chez qui je me sens bien mieux que chez moi . Puis au bout de quelques semaines ils reviennent me chercher . Le paysan est aussi étonné que moi de ce changement de programme . En fait çà correspondait aux vacances scolaires . A 13 ans je suis placé chez un boucher loger/nourri , alors qu’il n’y a que la Garonne à traverser pour rentrer  au bercail . Mon bourreau boulanger pourras faire des économies . Je ne lui coute plus rien . A moi de me débrouiller avec l’exploiteur qui me paye 10 fr par semaine pour 80 heures ….Il est censé m’apprendre le métier . En réalité je sert de boy pour faire les livraisons , le ménage , la vaisselle etc … Astiquer les cuivres et passer les outils oxydables à la toile émeri . Ayant décidé de me retirer 1 fr par erreur je gagnai en réalité 3 fr par semaine . De quoi me payer la douche municipale le lundi et une place de cinéma . J’étais habitué à me passer de tout . Je m’étais juré , d’aller lui cracher à la gueule le jour ou j’aurai une grosse voiture , pour la garer devant sa boutique de négrier . Ce patron , lisait tous les jours l’ Humanité en pestant contre les produits industriels , qui faisaient trop de bénéfices ! Ca donnes une idée de la mentalité communiste . C’est toujours l’autre qui est exploiteur ! Tous les mardis matins à 5 h , c’est l’abattoir …..Il a fallut que je saigne mon premier veau devant l’air goguenard des anciens qui voulaient voir si j’étais capable d’y aller franco …..moi qui provoquai de franches rigolades au beau-père qui me forcai à tenir les pattes du poulet quand il le saignait . De me voir affolé à la vue du sang était pour lui une jouissance bien visible . Transpercer l’epais cuir du veau est plus compliqué que de saigner un poulet . Quand je vois aujourd’hui le peu de résistance d’un môme de 13 ans , je les imagine bien incapables d’assumer le dixieme de ce que ma génération a affronté . On est dans l’exagération inverse ….Génération gonzesse …

         Avec mon fils LIOKA de 3 ans, j’ai tellement peur de ne pas être un papa à la hauteur, que j’ai confié la totale ignorance de mon rôle protecteur à une amie .  Ayant eu une enfance sans affection , ni éducation  je manque de repères . Elle m’a répondu « Donne lui de l’amour et le reste viendra naturellement… »          Oui, bien sûr, le cœur est le meilleur guide, l’intendance suit sans probléme . Je suis rassuré par l’immense amour que m’inspire mon petit Lioka .  Mes parents m’ont privé d’amour mais il ne m’ont pas contaminé ! Pourquoi étaient-ils infirmes du cœur ? La religion qui manipule les cerveaux faibles et force à mettre des œillères y est certainement pour beaucoup.         

  La religion qui parle beaucoup d’amour interdit l’Amour… 

 

portrait.jpggo.gif portrait.jpgportrait.jpg

Gerardgo.gif

MENOUD

bebes.gif

  souvenir d’enfance

lettre3011461.jpg

apu47ry9mc19c3hbixmepw2kki5o.png

 Le 30 novembre 1946 le papy collabo écrit depuis sa cellule.

Je viens de lire un bouquin femmes de sciences “. L’auteur est de mon avis et je l’ai dit du reste autrefois à Simone  (ma mère). Les femmes qui se destinent à la médecine ne doivent pas se marier et encore moins avoir des enfants. Car lorsque l’on a des enfants on ne doit pas les confier à des étrangers et une femme ne peut pas s’occuper convenablement de son ménage et de sa profession….Ma mère a pris la leçon à la lettre, s’est mariée quand j’avais 3 ans 1/2 et à  cessée toute activité de sage-femme. Pour s’occuper de mon éducation ? Sûrement pas car toute conversation était impossible. Tu verras toi même quand tu seras plus grand ” ou  “tu m’énerves avec tes questions “ et de toutes façons il n’y as que les adultes qui ont la parole. “Les enfants se taisent.” Un enfant qui parle c’est mal élevé.

enfant58.gifenfant58.gifenfant58.gif

 Interdit de conversation. Interdit de confidence. Interdit de chercher à comprendre. Interdit d’évoluer. Interdit de déranger sûrement ?  Je ne disais pas un mot  ayant perdu le sens de la parole. J’étais muet et si on me parlait je rougissais à l’idée qu’il faudra donner une réponse audible. L’idée de commencer à parler et l’angoisse de finir ma phrase me tétanisait. J’admirai ceux qui  s’exprimaient si bien et qui étaient écoutés. Chez moi parler c’était prendre le risque de recevoir des coups violents en pleine figure.

Ça se passait toujours à table ; soit si je demandai à manger ayant encore faim, soit si en mangeant une part de légume, rarement de la viande, j’oubliai de manger un morceau de pain  . Le monde des adultes m’étais interdit et hostile . Toute mon enfance est un long silence sans anniversaire, sans fête, sans Noël. Les cadeaux c’est trop cher ! Je n’ai jamais eu un jouet à Noël, pas plus qu’un autre jour de l’année. 

bebe42.gif

Je n’ai jamais eu une paire de chaussure . Uniquement des sandales en cordes .  Sauf à treize ans ou mes pieds déformés permettait de mettre des grosses chaussures, j’ai hérité de godillots en cuir très rêche avec une semelle en bois . Le bruit de sabot de ces chaussures accentuai ma gaucherie , au point que mes camarades avaient honte de marcher avec moi . Difficile de se faire des copains . J’ai eu des sandales rouges de fille et une veste confectionnée par ma mère de couleur verte bariolée qui me valait toutes les moqueries que vous imaginez en cour de récréation . Passant pour un clown mes camarades me disaient 

 ” fais nous rire  “ 

garcon1.gifgarcon1.gifgarcon1.gif

C’était ma façon d’exister et d’être cohérent avec ma marginalité . De faire le pitre me valait les foudres des profs qui pratiquaient le châtiment corporel . J’ai eu droit aux bras écartés avec un dictionnaire à chaque main à genoux sur une règle .  Ce qui ne m’empêchai pas de me mettre en avant pour les coups foireux et d’être celui qui prenais la responsabilité des punitions . Apprentissage du souffre douleur ? Quand vous avez des handicaps vous étés obligé de prendre des risques . Ce que je ferai toute ma vie . Sur le quai d’une gare mon grand père se moque de moi, ne sachant pas lire l’heure à l’horloge. Personne ne s’était soucié de m’acheter une montre pas plus que de me donner la notion du temps. Aujourd’hui un enfant tout petit sait se servir d’une télécommande, d’un jeu vidéo, d’un téléphone portable ou d’un ordinateur. Non seulement j’étais dans la négation  de la communication, mais en plus  dans l’absence de toute pédagogie. Par contre les insultes et les coups étaient généreusement distribues. D’où ma résistance aux bagarres de rue et l’insensibilité à la douleur des coups. Par contre la diplomatie et le dialogue c’est pas mon fort. Mon beau père me traitait de fumier son insulte favorite, au point que la nuit je rêvais à des tas de fumiers au milieu des champs.  Ces sauvages m’ont mis à la rue à 13 ans et démerdes toi. Difficile de voler de vos propres ailes quand elles sont brisées. Dans son armoire à pharmacie d’infirmière il restait des boites en fer  blanc avec beaucoup d’aiguilles et de seringues. Ayant osé avec beaucoup de témérité demander à ma mère à quoi servait ces aiguilles, elle m’a répondue

excitedstrawberryshortcake.gifc’est pour transformer les garçons en petite fille “.excitedstrawberryshortcake.gif

 

Réponse ironique aussi inutile qu’irresponsable. J’étais tellement malheureux que j’imaginai trouver la solution à ma solitude en sollicitant ma mère de me piquer. Peut être qu’on serait plus affectueux avec moi si j’étais au féminin ? Cette idée m’a traumatisé car elle m’a souvent hanté comme une solution à mon mal être. La bêtise criminelle de ma mère m’a handicapé à vie. C’est sûrement à partir de parents aussi castrateurs que des garçons sont allés jusqu’à détester leur sexe et payer très cher en prenant d’énormes risques pour se faire opérer. Ces gens avares de parole ne maîtrisent pas la portée de leurs phrases assassines. J’ai un petit garçon qui as 3 ans. J’ai tellement peur d’être un mauvais papa que je confiai a une amie ma totale ignorance  du  rôle  que  je  dois  jouer,  n’ayant  pas  eu  d’enfance .   Elle  m’a répondu  il suffit de lui donner de l’amour ! 

 Oui bien sur  le coeur est le meilleur guide. Après l’intendance suit. Je suis rassuré par l’immense amour que m’inspire mon petit Lioka. Pourquoi nos parents étaient infirmes du coeur ? La religion qui manipule les cerveaux faibles et fait porter des oeillères y est sûrement pour beaucoup.

La religion qui parle beaucoup d’amour interdit l’Amour. 

angelrose.jpgbebes.jpgangelteddy.jpg

smiley1013.gifsmiley1013.gifsmiley1013.gifsmiley1013.gifsmiley1013.gifsmiley1013.gif

1btninfinformation1.png

 Pour lire la suite cliques sur ;

Le monde des vieux

apu1jbbckxc8gfrbmeyuav7gsccc.gif

Il y a un passage ou je dois raconter l’ hypocrisie de la famille bien pensante alors que mon grand père me tripote …..  J’en retiens que le plus grave n’est pas l’acte sexuel en soit , loin de là , c’est aussi un jeu ou l’enfant à sa part de perversité

……ce qui est extrêmement grave c’est le luxe de ruse , de calcul et de machiavélisme du PREDATEUR qui a décidé de mettre la main sur vous …..pour quelle raison il vous trouve à son gout ? surement qu’il a calculé les risques en pensant que vous êtes trop faible pour

vous rebeller ? comment se fait ‘il que vous lui provoquiez un désir , alors que vous n’êtes ni demandeur , ni intéressé , ni concerné et à mille lieu  de l’instinct de reproduction …..Ce qui se rajoute à l’ignominie du prédateur c’est qu’il vous a condamné d’avance à rentrer dans ses fourches caudines sans pouvoir échapper à sa destruction mentale …..au lieu de vous donner de l’amour et susciter votre promotion au sein de la famille il vas tout faire pour vous en éloigner en vous faisant détester ….au cas ou il y aurait un retour de flamme il prépare déjà votre élimination physique pour vous faire perdre tout crédit au cas ou vous  » parleriez  » ….Voyez bien que cet enfant ne vaut rien ! il est nul ! il ment !  Ce moins que rien fait son intéressant ….là ou vous attendez du réconfort et une protection vous recevez la réprobation qui vous exclu du clan … Ce qui est EXTREMEMENT grave c’est que l’enfant est beaucoup trop jeune pour comprendre qu’il est exclu .Comment s’en rendre compte ?  C’est impossible puisqu’ il n’est pas coupable mais victime .

Pour rajouter une couche à la destruction il y a tôt ou tard le sentiment d’avoir été moins  considéré qu’un kleenex qui vas à la poubelle

maculé de sperme  » puant  » .

J’ai une double démarche = non seulement je suis victime ; je fais un métier qui déculpabilise mais en plus on m’accuse d’être complice de DUTROUX ! La connerie humaine est sans limite …..

 

 image012.gif

Pour toute réaction m’écrire =

 gerard.menoud@dbmail.com

 

la vie de j-c-m |
my video |
tilou3329 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le Cercle Libertin du Nord ...
| Voyeur à la plage
| Diaporamas PPS Sexy